Lead-analytics

Bergère de France évolue vers l’hyperconvergence avec MTI France | Infrastructure
Lost Password?

A password will be emailed to you. You will be able to change your password and other profile details once you have logged in.

Bergère de France évolue vers l’hyperconvergence avec MTI France

logo_bergere

logo_bergereBergère de France a retenu l'expert en cybersécurité MTI pour la modernisation de son infrastructure informatique. Un véritable changement de culture IT pour la société, qui s’appuyait sur un mainframe depuis plusieurs décennies.

Dernière filature industrielle de fil à tricoter française, Bergère de France, née en 1946 en Lorraine, emploie aujourd’hui plus de 200 salariés et dispose d’un portefeuille de 600 000 clients répartis entre la France, l'Europe et l'Amérique du Nord, pour un chiffre d'affaires de près de 25 millions d'euros. En 2015, afin de conserver ses avantages concurrentiels, Bergère de France souhaitait faire évoluer son ERP « maison » vers une solution plus moderne, plus souple et plus évolutive.

En effet, bâtie autour d’un système mainframe (ici une solution Unisys), l’infrastructure restait très coûteuse pour l’entreprise. Bergère de France s’est posée la question de la rationalisation de l’infrastructure : comment réduire les coûts ? Quelle direction prendre dans le cas d’un remplacement ? Des questions d’autant plus complexes que Bergère de France a connu par le passé plusieurs tentatives de migrations infructueuses, à la fois sur la partie logicielle orientée B to C, mais également sur la partie infrastructure.

« Réduire les coûts était bien sûr un objectif prioritaire, explique Daniel Goullet, Responsable Système chez Bergère de France. Pour autant, nous devions nécessairement conserver un niveau de performances élevé pour faire face aux besoins transactionnels, tout en s'assurant d'une certaine souplesse afin de prendre en compte les possibilités d'évolution de la société »

L’évidence de l'hyperconvergence

Le plus logique pour la société était de regarder en premier lieu du côté de l'éditeur de l'ERP, Divalto, qui propose différentes solutions, soit en mode hébergé, soit en mode SaaS. « Mais si la solution proposée par Divalto était très confortable et sans risque sur le plan technologique, puisqu'il s'agit de l'éditeur, elle était beaucoup plus risquée sur le plan financier. » poursuit Daniel Goullet, qui assure seul la veille technologique de Bergère de France.

En parallèle, les solutions les moins onéreuses ont rapidement été éliminées, en raison notamment de leur impossibilité à répondre aux besoins de performances et d’évolutivité souhaitées par Bergère de France.

À l’issue de la lecture de plusieurs livres blancs sur l'hyperconvergence, MTI prend contact avec Daniel Goullet, et propose rapidement une solution basée sur un cluster de serveurs Nutanix. Suite à la démonstration de sa maîtrise de l'hyperconvergence, Nutanix séduit Daniel Goullet, notamment par son aspect pratique. En effet, Bergère de France dispose d'une petite équipe qui n'a que peu de temps à consacrer à son infrastructure, dont la maintenance doit être réduite au strict minimum. Après la mise en œuvre d’une machine pour la phase de tests dans le cadre d’un Proof-of-Concept (POC), Bergère de France choisit la proposition de MTI basée sur Nutanix.

Nutanix by MTI : une infrastructure discrète

Au printemps 2016, Divalto migre l’ancien ERP vers la solution ERP Divalto, hébergée sur le cluster Nutanix. Un cluster qui intègre en outre les 23 serveurs virtuels faisant partie de l'historique informatique de Bergère de France. L’architecture est basée sur une paire de switches Datacenter Cisco Nexus 3524-X et un cluster HyperV 2012 composé de 3 nœuds Nutanix 1365-G4.

Après validation technique, le cluster de POC a été étendu avec les nœuds nouvellement achetés, et les nœuds prévus pour le POC ont été décommissionnés au fur et à mesure. Un choix expliqué aujourd’hui par le Responsable Système : « depuis le démarrage en juin 2016, nous ne comptons aujourd'hui aucune intervention sur le système, en dehors de quelques mises à jour. Nous avons désormais atteint notre rythme de croisière pour attaquer les mois de décembre et janvier, qui sont commercialement très importants pour nous, et nous n'avons aucun souci de performance à mettre sur le compte de l'infrastructure » confie ainsi Daniel Goullet.

Et s'il est difficile de quantifier un ROI sur un projet dont l'intégration a seulement six mois, Daniel Goullet confirme que cette nouvelle infrastructure s’est déjà (presque) fait oublier : « une infrastructure qui ne fait pas parler d’elle est une infrastructure qui fonctionne bien : la solution proposée par MTI est une vraie réussite », conclut le Responsable Système.


Partager cet article




Sur le même sujet...

Aucun Commentaire